Mais les collections comprennent aussi des structures et modules de présentation créés par l’architecte Fabien Vienne www.fabienvienne.com, des films tournés pour réaliser des stéréogrammes dont au Musée du Louvre, au Musée du Caire et autour des Pyramides de Gizeh par hélicoptère, une documentation importante, des éléments de laboratoire, des thèses et rapports de congrès, la collection complète de la revue «Holosphère » du Musée de l’Holographie de New-York,  de nombreuses revues et livres avec hologrammes, les catalogues d’exposition dont celle de Dali à la galerie Knoedler à New York en 1972. L’œuvre de Fabien Vienne a fait l’objet d’une rétrospective à la Cité de l’Architecture peu avant sa mort, survenue en mars 2016 www.citechaillot.fr
La structure qu’il a conçue permet la présentation d’hologrammes géants dans n’importe quel local. Elle se monte comme un Meccano, avec, comme seul outil, une clé de 13.
Les trois modules juxtaposés de la navette spatiale représentent l’intérieur du cockpit .Ce triptyque de 1.1mx 3.7m de support visible, également conçu par Fabien Vienne, constitue le plus grand hologramme créé à ce jour.
Il est présenté dans sa structure indépendante et offre une vue sans discontinuité de l’image. Il a été exposé dans plusieurs pays, Japon, Hongrie, Belgique, ainsi que dans de nombreux centres de culture scientifique, dont le Musée de l’espace à Kourou et le Centre de découverte des Sciences de la Terre à Saint-Pierre (Martinique).